ADRÉ ouvre une agence à Limoges

Afin de se rapprocher de nos clients, ADRÉ ouvre une agence à Limoges.

Pour toute demande n’hésitez à nous contacter!

Agence de Nantes :

30 rue Pierre et Marie Curie

87000 Nantes

Tél  :05 24 84 97 98

ADRÉ ouvre une agence à Nantes

ADRÉ ouvre une agence à Nantes

Afin de se rapprocher de nos clients, ADRÉ ouvre une agence à Nantes. Cette agence couvre les régions Pays de la Loire, Bretagne,  Centre – Val-de-Loire.

Nous vous proposons nos services dans 3 Grands domaines:

  • La Détection et géoréférencement de réseaux enterrés ( Détection de tous types de réseaux intérieur et extérieur, investigations complémentaires, marquage-piquetage, détection de cuves, détection de branchements gaz et Eau par méthode flexitrace Z724)
  •  La Topographie et SCAN 3D (corps de rue, cours d’eau, site industriel, bassin de rétention, relevé de carrières, relevé intérieur et extérieur en 3D, PCRS (Plan Corps de Rue Simplifié),  implantation et récolement de projets réseaux, plan d’exécution de réseaux, bathymétrie, auscultation d’ouvrages d’art)
  • La Cartographie, SIG, BIM (intégration et maintenance des données SIG (tous formats), report des réseaux sur plan (position, caractéristiques et structures), plan de récolement, Digitalisation et scannerisation de plans, reprographie,PCRS (Plan Corps de Rue Simplifié), BIM (Building Information Modeling)

Pour toute demande n’hésiter à nous contacter!

 

Agence de Nantes :

15 rue Antarès

44470 Carquefou

Tél  :02 44 84 97 98

DT-DICT : Investigations complémentaires, l’avis des acteurs concernés (2/2)

Les investigations complémentaires entraînent un surplus de travail. Entre une cartographie parfois incomplète et des rôles encore flous, exploitants de réseaux et entreprises de travaux publics cherchent encore leur rôle dans la gestion des investigations complémentaires.

Partie 1 :

Les choses ne sont pas aussi simples que la législation l’avait prévu. Au contraire, les contraintes et les nouveaux rôles à jouer pour chacun des acteurs concernés par les investigations complémentaires ont contribué à brouiller les cartes et à créer du retard chez certains. « Nous avons un wagon de retard, mais la volonté est là », avoue Ludovic Darras, responsable réseaux et voirie à Amiens Métropole. La capitale de la région Picardie connaît de grosses difficultés pour mettre à jour la cartographie des réseaux qu’elle exploite. Difficile de réaliser une cartographie complète pour les services de la ville puisqu’elle doit partir de zéro. Quant aux entreprises de travaux publics, elles doivent désormais gérer les chantiers, la détection de réseaux mais aussi parfois les questions de leurs clients. Il n’est pas rare pour certaines entreprises de travaux publics de répondre à des marchés dans lesquels la DT n’a pas été incluse. « La plupart du temps, les donneurs d’ordre découvrent les choses », explique Stéphane Houset, de chez Eiffage Travaux Publics RAA Rhône. La réforme DT-DICT, applicable depuis le 1er juillet 2012, ne joue donc pas encore pleinement son rôle.

Voir +

Investigations complémentaires : l’avis des acteurs concernés (1/2)

Elles ont permis de développer une profession, de nouvelles entreprises dans la détection de réseaux se sont créées, elles engendrent un coût supplémentaire pour les maîtres d’ouvrages… Les investigations complémentaires sont loin de faire l’unanimité.

Partie 1 :

Le recours aux investigations complémentaires est un des axes prioritaires de la réforme DT-DICT, un point sur lequel les avis sont plus que contrastés et qui est loin de laisser insensible les acteurs des travaux publics. En effet, depuis le 1er juillet 2012, la réforme DT-DICT implique qu’une recherche effective de l’emplacement des réseaux soit réalisée lorsque la cartographie des réseaux enterrés n’est pas assez précise pour mener les travaux en toute sécurité. Les maîtres d’ouvrages voient ainsi leurs responsabilités augmenter puisqu’ils en ont directement la charge.

« De manière générale, les investigations complémentaires sont une espèce d’usine à gaz qui implique une obligation de détecter les réseaux », estime Benoît Gutton, gérant de l’entreprise spécialisée en détection de réseaux DDR et vice-président de la Fédération nationale des entreprises de détection de réseaux (la FNEDRE). Si dans les entreprises spécialisées, les investigations complémentaires sont loin de faire l’unanimité, il en est de même chez les maîtres d’ouvrage. « Cette réforme a eu un impact important du point de vue financier dans un premier temps qui peut s’élever à 8% du montant d’un chantier », souligne Denis Paris, responsable des espaces publics, de la voirie et de l’eau à la communauté urbaine de Lille.

Voir +

La FNEDRE lance une qualification à la détection des réseaux et ouvrages enterrés

La FNEDRE vient de lancer QUALIFNEDRE, une qualification dédiée au métier de la détection des réseaux et ouvrages enterrés.

Partie 1 :

La connaissance des réseaux et ouvrages enterrés a toujours été une préoccupation depuis les premières heures du modernisme, qui, de progrès en progrès a conduit à l’accélération des besoins. Fin du XXème siècle la complexité et la densité de l’occupation du sous-sol sont devenus tel que la maitrise des réseaux enterrés est un passage obligé. Est venue s’ajouter à cet état de fait des obligations réglementaires, qui font qu’aujourd’hui la localisation des réseaux enterrés s’impose.

Le début des années 90 a vu émerger progressivement un nouveau métier pour apporter une solution à cette problématique, la détection des réseaux enterrés de manière non destructive et pour produire une cartographie avant travaux, ou tout simplement pour leur exploitation quotidienne.

Les pionniers de ce nouveau métier ont imaginés, développés des méthodologies, compétences de manière volontaire et indépendante sans que leur soit imposé une qualification spécifique.

Le coup d’accélérateur donné en 2011 par les pouvoirs publics qui mettent en place une réglementation anti endommagement des réseaux face à la problématique du développement durable, mais aussi devant les accidents de personnes, vient donner une reconnaissance à ce nouveau métier. A l’horizon 2017 une certification dédiée, sera imposée pour effectuer les Investigations Complémentaires (IC) dans le cadre de la norme DT-DICT.

Voir +

La détection de gaz, priorité des concessionnaire de reseaux

Elles ont permis de développer une profession, de nouvelles entreprises dans la détection de réseaux se sont créées, elles engendrent un coût supplémentaire pour les maîtres d’ouvrages… Les investigations complémentaires sont loin de faire l’unanimité.

Partie 1 :

Le recours aux investigations complémentaires est un des axes prioritaires de la réforme DT-DICT, un point sur lequel les avis sont plus que contrastés et qui est loin de laisser insensible les acteurs des travaux publics. En effet, depuis le 1er juillet 2012, la réforme DT-DICT implique qu’une recherche effective de l’emplacement des réseaux soit réalisée lorsque la cartographie des réseaux enterrés n’est pas assez précise pour mener les travaux en toute sécurité. Les maîtres d’ouvrages voient ainsi leurs responsabilités augmenter puisqu’ils en ont directement la charge.

« De manière générale, les investigations complémentaires sont une espèce d’usine à gaz qui implique une obligation de détecter les réseaux », estime Benoît Gutton, gérant de l’entreprise spécialisée en détection de réseaux DDR et vice-président de la Fédération nationale des entreprises de détection de réseaux (la FNEDRE). Si dans les entreprises spécialisées, les investigations complémentaires sont loin de faire l’unanimité, il en est de même chez les maîtres d’ouvrage. « Cette réforme a eu un impact important du point de vue financier dans un premier temps qui peut s’élever à 8% du montant d’un chantier », souligne Denis Paris, responsable des espaces publics, de la voirie et de l’eau à la communauté urbaine de Lille.

Voir +

Parole d’experts : arrêté modificatif DT-DICT

L’arrêté du 19 février 2013 encadrant la certification des prestataires en géoréférencement et en détection des réseaux et mettant à jour des fonctionnalités du téléservice « réseaux-et-canalisations.gouv.fr » est paru au Journal Officiel du 9 mars 2013. L’éclairage de Maitres LAZARI et CHOISEZ sur les tenants et aboutissants de cet arrêté.

Comme l’indique son intitulé, cet arrêté concerne deux sujets distincts :
– les prestataires en géoréférencement et en détection des réseaux
– le téléservice « réseaux-et-canalisations.gouv.fr ».

On rappellera que :

– Le Décret n° 2011-1241 du 5 octobre 2011 relatif à l’exécution de travaux à proximité de certains ouvrages souterrains, aériens ou subaquatiques de transport ou de distribution, a reformé la réglementation antérieure résultant du Décret n°91-1147 du 14 octobre 1991 et ses principales dispositions sont applicables depuis le 1er juillet 2012…

En savoir +

Le marquage-piquetage doit améliorer la sécurité des réseaux

La norme NF S70-003-1 parue en juillet 2012 a pour objectif de faire chuter les accidents à proximité des réseaux. Elle réglemente entre autre la première opération sur les chantiers : le marquage-piquetage.

Le constat des professionnels du secteur est sans appel. Chaque année, sur les quatre millions de kilomètres de réseaux en France, il arrive environ 100 000 accidents. Durant des chantiers, des coupures de conduite de gaz ou d’eau, des ruptures de câbles électriques ou téléphoniques peuvent entraîner des incidents graves. Les exemples sont légion partout en France. « L’objectif est de faire baisser sérieusement le nombre d’accidents », explique Jean-Pierre Brazzini, expert auprès de l’AFNOR. L’organisme de normalisation a édité une norme devenue obligatoire le 1er juillet 2012. La norme NF S70-003-1 a pour objectif d’encadrer encore mieux les risques de dommage sur les chantiers impliquant les réseaux. Le marquage-piquetage est l’une des premières opérations réalisées dans un chantier. « C’est obligatoire avant le commencement des travaux. Il est réalisé sous la responsabilité du maître d’ouvrage », poursuit-il. Avec un code de couleurs et des règles très précises, cette étape est encore en pleine évolution…

En savoir +